Sommaire

La digitalisation est un facteur important pour les entreprises si elles veulent continuer à survivre sur le marché et rester compétitives. La crise du Corona a permis de faire prendre conscience à de nombreuses entreprises qu'une infrastructure informatique moderne et sécurisée est essentielle à leur survie.

Dans cet article, nous vous montrons comment les entreprises abordent la transformation digitale et quels sont les moyens pour la financer.

Pourquoi les petites et moyennes entreprises ont-elles tant de peine avec la digitalisation?

De nombreuses entreprises, notamment les PME, constatent qu'elles ont du retard à rattraper en matière de digitalisation. Elles ne savent souvent pas par où commencer la transformation digitale. Trop de défis et de chantiers à la fois, associés à des coûts élevés, font que les chefs d'entreprise hésitent à investir.

Pour beaucoup, le risque de dépenser leurs fonds propres dans des projets de digitalisation ou de contracter un crédit d'investissement à cette fin est trop important.

Parallèlement, la transformation digitale offre de nombreuses possibilités pour une entreprise de devenir encore plus performante.

Qu'est-ce qui distingue les PME des startups?

Contrairement aux PME, la digitalisation ne constitue pas un défi aussi important pour les startups, car les fondateurs sont généralement disposés à expérimenter et à prendre des risques plus élevés si cela permet de faire avancer les projets de l'entreprise.

En outre, de nombreuses startups sollicitent activement le capital-risque des investisseurs pour financer leurs projets.

En revanche, les PME sont plus conservatrices dans leur approche, et hésitent à prendre des capitaux extérieurs pour accélérer leur transformation numérique.

Industrie 4.0 - Der Inbegriff der Digitalisierung
Image : Industrie 4.0 - Le summum de la digitalisation. Image source : liviawong / pixabay.com

“Essayer" la digitalisation avec le leasing

Les investissements dans la mise à niveau, la modernisation et l'expansion de l'infrastructure informatique sont coûteux. De plus, après quelques années, la technologie est déjà dépassée. Les directeurs généraux considèrent donc la digitalisation comme un "puits sans fond", car elle nécessite des investissements réguliers.

Les contrats de leasing peuvent  dans ce cas aider.

Hardware-Leasing

L'entreprise loue alors l'infrastructure nécessaire (par exemple, un serveur) uniquement pour une certaine période de temps.

Cela offre également l'avantage de pouvoir tester en premier une nouvelle technologie et de recueillir ainsi des valeurs empiriques. À la fin du mandat, les responsables peuvent alors décider s'ils veulent conserver la technologie, l'adapter ou trouver une solution plus appropriée ailleurs.

La société informatique qui fournit le système de location se charge souvent aussi de la maintenance et de la mise à jour des équipements afin que les entreprises n’aient pas à s'en occuper elles-mêmes.

Cela permet d'économiser les ressources du service informatique interne.

Leasing de Software

De nombreux fabricants offrent désormais la possibilité de louer (ou de s'abonner) les logiciels pendant une certaine période. Ainsi, les entreprises bénéficient toujours de logiciels à jour et ne doivent pas acheter à l'avance des licences coûteuses. Si vous envisagez d'introduire un nouveau logiciel ou un nouveau service dans la structure existante de l'entreprise, le leasing offre l'avantage particulier d’avoir des coûts gérables.

Service Cloud

La gestion et la maintenance des serveurs internes où sont stockées toutes les données peuvent représenter un facteur de coût important pour une entreprise, surtout lorsqu'il s'agit de procéder à une mise à niveau parce que l'espace de stockage ou la puissance de calcul ne suffit plus.

Au lieu de louer un serveur, les entreprises peuvent aussi renoncer complètement à leurs propres serveurs et utiliser un service cloud. De nombreuses sociétés informatiques proposent désormais ces services. Pour une entreprise, cela présente l'avantage qu'à l'avenir, le fournisseur de services cloud se chargera de la maintenance des serveurs et sera responsable de la sécurité des données.

Si avec le temps le stockage du cloud s'épuise ou si une plus grande puissance de calcul devient nécessaire, le fournisseur de services la fournira et se chargera de la mise à niveau des serveurs.

De cette façon, l'entreprise n'encourt pas de frais de suivi et dispose toujours de ressources suffisantes. À long terme, cela peut même contribuer à réduire les coûts.

Image: Digitalisation. Image source: https://www.canva.com/

Les banques n'aiment pas prêter pour des projets de digitalisation

Si les responsables veulent lever des capitaux d’emprunts pour s'attaquer à la transformation digitale de leur entreprise, il arrive parfois que la banque soit réticente à accorder un prêt.

En effet, les projets de digitalisation impliquent principalement l'acquisition de biens immatériels.

Des garanties souvent insuffisantes

Une banque exige toujours une contre-valeur pour garantir le prêt. Souvent, le bien qui doit être obtenu grâce au prêt est déposé en garantie. C'est très simple lorsqu'il s'agit de financer des machines, mais lorsque l'infrastructure informatique de l'entreprise doit être modernisée, tant au niveau du matériel que des logiciels, c'est plus compliqué.

Trop de risques en raison de nombreuses inconnues

En outre, de nouveaux postes doivent souvent être créés dans l'entreprise dans le cadre de la digitalisation, afin que les spécialistes nécessaires soient en place et disposent d'une expertise informatique suffisante pour traiter à l'avenir des sujets tels que "Industrie 4.0" et "Big Data".

Les projets de numérisation, qui, du point de vue de la banque, sont associés à un niveau de risque élevé, ont donc peu de chances d'être financés, ce qui place les PME devant un défi encore plus grand et les pousse à rechercher des solutions de financement alternatives.

Un crédit avec le crowdlending

Une autre option au prêt bancaire classique est le crowdlending. Dans ce cas, il y a plusieurs prêteurs au lieu d'un seul.

Vous présentez votre projet de digitalisation à une plateforme de crowdlending telle que neocredit.ch. Celui-ci est examiné par des experts - avec la même rigueur que dans une banque - mais dans un délai plus court (chez neocredit.ch, vous recevrez une offre de financement dans les 48 heures si votre projet est éligible au financement).

Idéal pour les petits projets de numérisation

Alors que les banques n'accordent généralement que des prêts d’un montant généralement élevé, le crowdlending permet également de financer des projets de numérisation plus modestes. Sur neocredit.ch, les entreprises peuvent obtenir un prêt à partir de CHF 20’000. Ainsi, elles n’ont plus besoin de repousser leur transformation numérique.

Moins de garanties requises

Certains fournisseurs de crowdlending exigent des garanties pour couvrir le risque. Toutefois, grâce au processus de sélection rigoureux de neocredit.ch, seuls les projets de financement présentant un faible risque de défaillance sont sélectionnés, ce qui signifie qu'aucune garantie n'est requise.

Conclusion : financer la digitalisation n'est pas impossible

Même si les PME sont moins frileuses que les startups, cela ne signifie pas qu'elles doivent se passer de l'industrie 4.0 et craindre de passer à côté des tendances.

Utiliser un Leasing

Le leasing, en particulier, offre aux entreprises un large éventail de possibilités d'investir dans la numérisation sans prendre un trop grand risque en matière de financement. L'investissement dans des biens matériels et numériques coûteux est ainsi évité.

Cependant, la digitalisation a un prix. Par conséquent, les entreprises ont de toute façon besoin d'un budget pour leur projet de numérisation. Si les fonds propres disponibles ne sont pas suffisants, des solutions de financement doivent être recherchées.

Les banques ne sont pas toujours ouvertes aux projets de digitalisation

Les banques refusent parfois d'accorder un financement lorsqu'il s'agit d'investir dans les technologies numériques - notamment si l'entreprise ne dispose pas de garanties suffisantes pour couvrir le risque de défaillance, ou si le montant du crédit requis est faible.

Le crowdlending pour le financement

Le crowdlending est donc une alternative. Les petites sommes peuvent être financées et de nombreux fournisseurs ne demandent qu'un petit montant de garantie à déposer (avec neocredit.ch, aucun).

Cela représente un moyen pour les PME de financer leur digitalisation, d'accroître leur efficacité et de continuer à survivre sur le marché.

Demander un prêt avec le crowdlending